AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Besoin de calme.

Aller en bas 
AuteurMessage
Eva Coldera
Humain
avatar

Nombre de messages : 69
Points : 7440
Date d'inscription : 24/11/2008
Age : 26
Localisation : Dans une petite maison à l'écart du centre-ville

MessageSujet: Besoin de calme.   Mer 3 Déc - 20:19

La cafétéria, lieu de toutes les rencontres et de tous les regroupements. L’endroit le plus apprécié du lycée après, peut-être, le portail dans le sens de la sortie. Pourtant Eva ne l’aimait pas. Du moins, pas en ce moment. Trop de monde autour d’elle, trop de personnes qui veulent lui parler, et elle n’en avait absolument pas envie. Habituellement, elle n’était pas si taciturne. Distante oui, mais elle se mêlait tout de même sans problème à quelques personnes dont elle avait fait la connaissance. Mais aujourd’hui, elle ne rêvait que d’une seule chose : être seule. Malheureusement, cela semblait impossible. La salle, pourtant grande, avait l’air d’être pleine à craquer et aucune table comportait plus de deux places libres. Ce n’était vraiment pas de chance, elle qui voulait manger au calme. A sa gauche, un de ses compagnons de classe lui fit signe de les rejoindre mais elle l’ignora. De toute façon, ils l’avaient déjà un peu côtoyée et savaient qu’elle était d’humeur changeante.

*Et de toute façon, il faudra bien qu’ils s’y habituent…*

Ses yeux bleu clair survolèrent la pièce, à la recherche d’un coin tranquille. Elle aperçut soudain une table, de quatre places, presque vide. Ce n’était d’ailleurs guère étonnant : sur la seule chaise occupée se tenait une jeune fille à la longue chevelure blonde du nom de Evangéline, d’après ce que l’orpheline avait compris. Sans qu’on sache exactement pourquoi, la plupart des élèves se tenaient loin d’elle, n’osant pas l’approcher, un peu comme Eva en ce moment. Il est vrai que rien que sa pâle beauté avait de quoi impressionner mais notre jeune terminale n’était pas du genre à se laisser intimider, que ce soit par l’apparence ou autre chose, ce n’était donc pas la raison. En fait, elle avait beaucoup de mal avec les inconnus et cette fille, elle ne la connaissait pas. Elle mit une de ses longues mèches noirs derrière son oreille, un tic chez elle lorsqu’elle hésitait. Finalement, elle se décida. Eva attrapa son plateau et grimaça en constatant la quantité de ketchup que les cuisiniers avaient mis sur les frites et la viande. Tant pis, une fois de plus, elle se passerait de plat principal. Elle se dirigea donc vers la table du fond, en prenant bien garde de ne pas se faire renverser un plat sur ses habits blancs. Une fois à côté de sa camarade, ne voulant pas s’imposer, elle lui demanda :


« Excuse-moi… Evangéline, c’est ça ? Est-ce que ça te dérange si je m’installe à ta table ? Il n’y a plus beaucoup de place et c’est le seul endroit un peu calme. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://100-pour-100-ados.skyrock.com
Evangeline Mac Dowell
Vampire sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 91
Points : 7410
Date d'inscription : 17/11/2008
Age : 27
Localisation : A l'affut de proies & de sang frais.

MessageSujet: Re: Besoin de calme.   Jeu 4 Déc - 0:55

Forks. Comment décrire cet endroit ? Certes, cette ville était assez calme et le cadre devait sans doute être très agréable pour la plupart des humains y résidant. Mais notre blondinette avait appris à vivre loin de tous. Loin des humains. Loin des autres créatures lui ressemblant de près ou de loin. Les seuls étant venus la voir dans son passé avaient été mystérieusement portés disparus ou étaient revenus après avoir entièrement perdu la mémoire de leur vie d'avant. Vous avez dit étrange ? Certainement pas autant que ce jeune garçon rencontré par Evangeline une semaine plus tôt, vampire lui aussi, lui ayant conseillé de s'installer à Forks après lui avoir offert une maison. Même en étant vampire, c'est quand même peu commun de se faire offrir des maisons tous les jours. Surtout par une personne inconnue qui disparait à peine après en avoir donné les clés. Mais bon. Bien que la charmante vampire soit d'un naturel méfiant, elle avait accepté d'emménager dans cette petite commune des Etats-Unis. Après tout, si les choses tournaient mal, elle pouvait toujours disparaitre à n'importe quel moment grâce à son don. Personne ne se souviendrait de sa venue ici. ~

Ayant dix-sept ans d'apparence éternelle, la jeune fille n'avait pas besoin de chercher bien loin pour trouver un emploi. Il lui suffisait de s'inscrire au lycée en se faisant passer pour une nouvelle élève. Certes, elle ne ressemblait à aucune des filles présentes dans cette école, mais les humaines n'y verraient que du feu. Non seulement elle avait appris à se contrôler, mais elle n'hésiterait pas à tout faire oublier à son sujet s'il lui arrivait de déraper. Et ainsi, se déroula sa première journée de cours. Beaucoup d'élèves du lycée avaient été prévenus de son arrivée et des petits groupes la suivaient entre chaque cours pour lui indiquer les salles. Comme si elle ne savait pas se débrouiller toute seule et avait besoin de jeunes toutous lui collant aux baskets. Non, mais sérieusement, on ne pouvait pas faire plus niais et indiscret comme genre de questions. Evangeline se demandait même quelles questions on lui avait épargné aujourd'hui. Cela allait de ses origines et de l'endroit où elle venait jusqu'à sa marque de T-Shirt. Comme si cela avait la moindre importance. ~ En passant par des multiples interrogations futiles comme de savoir si elle était célibataire ou si elle aimait le sport. Mais, bizarrement la question revenant le plus souvent était de savoir si elle était une cousine des Cullen. Bien entendu, la blondinette ne savait rien à leur sujet vu qu'elle n'avait encore jamais eu l'occasion de leur parler. Et elle n'avait pas eu envie d'interroger un de ces moutons de panurge d'humains. De toute façon, elle ne leur aurait pas laissé l'honneur de leur poser une vingtaine de questions en plus ou de lui raconter des milliers de potins sur ces Cullens. En plus, cela ne l'intéressait pas.

La sonnerie annonçant la pause du repas venait de retentir, mettant un terme à cette matinée chaotique parmi les humains. Dire que ça risquait d'être comme ça tous les jours. Même si elle n'était pas du genre à se laisser démonter facilement, Evangeline n'était sûre de pouvoir tenir le coup dans ce lycée en se comportant comme une simple mortelle. Surtout si les dits mortels continuaient à la suivre partout malgré les différents regards noirs qu'elle leur avait lancé et les sous entendus cassants en réponse à leurs stupides question. Évidement ceux-ci n'y avait vu que du feu. Sans doute étaient-ils trop atteints par leur stupidité pour remarquer quoi que ce soit. Bref. ~ C'est donc à pas vifs et gracieux que la blondinette rentra dans la cafétéria, sans jeter un seul coup d'œil aux groupes d'élèves la suivant du regard, et qu'elle alla s'asseoir à la seule table libre de la pièce bondée d'élèves.


*Devoir manger comme une humaine ... Quelle ironie. ~ Après tout, je me demande si ce n'est pas mieux de ne pas pouvoir sentir le goût de ces légumes. A les voir, on dirait qu'ils ont été dégelés et recongelés des centaines de fois. Sans parler de leur forme qui est tout sauf naturelle. Ils doivent avoir sacrément faim pour avaler ces choses cubiques. *


Posant sa fourchette à côté de son plateau, la vampirette poussa un soupir ennuyé. De temps à autres, quelques groupes se retournaient pour lui lancer des sourires amicaux et gênés, des regards intrigués ou même des saluts de la main ... Ri-di-cu-le. <3 Combien de temps allait-elle devoir attendre encore dans cet endroit. Dix minutes ? Vingt minutes ? Combien de temps mettait en général un humain pour manger ? Cela était si lointain pour la jeune fille qu'elle ne parvenait à déterminer combien de temps elle allait devoir rester ainsi. Régulièrement, elle devait aussi penser à remuer les épaules, croiser et décroiser ses jambes, faire des gestes plus ou moins naturels comme se gratter ou se toucher les cheveux, et surtout ne pas oublier de cligner des yeux. Par chance, grâce à son régime alimentaire assez particulier ses pupilles n'étaient pas rouges. Elles n'étaient même pas dorées comme certains vampires d'Alaska dont elle avait vaguement entendu parler quelques années plutôt. Non. Les yeux d'Evangeline étaient bleus. D'un bleu profond de couleur outremer, mais qui pouvait varier en fonction de ses humeurs et de sa soif. En ce moment par exemple, elle avait soif mais pas encore suffisamment pour commencer à déguster ses nouveaux camarades de classe. Mais son énervement de la journée avait fait que ses pupilles étaient déjà beaucoup plus foncés qu'à son arrivée où elles étaient dans les tons saphir.

« Excuse-moi… Evangeline, c’est ça ? Est-ce que ça te dérange si je m’installe à ta table ? Il n’y a plus beaucoup de place et c’est le seul endroit un peu calme. »

Une voix féminine venait de lui adresser la parole, forçant notre blondinette à lever les yeux vers l'endroit d'où celle-ci provenait. Se tenant devant elle, une jeune lycéenne la regardait d'un air à la fois embarrassé et décidé. Assez contradictoire, non ? Ses paroles elles mêmes avaient été prononcés sur un ton gêné qui se voulait de ne rien laisser paraitre. Regardant autour d'elle les tables remplies d'élèves et la cafétéria grouillant d'élèves, la blondinette sortit un livre et se contenta de hausser les épaules à l'attention de l'adolescente avant de plonger ses yeux dans les pages de Bonjour Tristesse, roman français de Françoise Sagan qu'elle avait lu et relu mais qui était actuellement étudié en classe. Se rendant compte que la jeune fille attendait toujours et que se mettre à relire ce livre pour la douzième fois serait certainement ennuyeux Evangeline le referma avant de le poser sur son plateau.

« ... Après tout, fais comme tu veux. Tu me déranges pas ... Vraiment. »

D'un naturel assez franche, on pouvait être certain qu'en ce moment même elle disait bien ce qu'elle pensait. Et contrairement à ce qu'on pourrait croire, ces paroles ne partaient pas d'une mauvaise intention. Cette lycéenne était peut-être même la seule personne un minimum polie qu'elle avait rencontrée depuis ce matin. Le fait de lui avoir répondu, même de cette manière un peu froide était déja un grand pas pour notre blondinette "légèrement" associale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pringles-chawn.skyblog.com
Eva Coldera
Humain
avatar

Nombre de messages : 69
Points : 7440
Date d'inscription : 24/11/2008
Age : 26
Localisation : Dans une petite maison à l'écart du centre-ville

MessageSujet: Re: Besoin de calme.   Ven 5 Déc - 16:02


« Excuse-moi… Evangeline, c’est ça ? Est-ce que ça te dérange si je m’installe à ta table ? Il n’y a plus beaucoup de place et c’est le seul endroit un peu calme. »

L’intéressée leva les yeux vers notre jeune lycéenne. Des yeux fort étonnants : sans doute bleus à l’origine, ils étaient cependant tellement sombres que leur couleur tirait presque sur le noir. Mais outre la coloration de leur iris, c’était ce qu’ils reflétaient qui intrigua Eva. Elle s’était toujours énormément fier à son instinct pour juger les gens et l’expérience lui avait montrer que les yeux étaient bien, comme le disaient si bien de nombreux romans, la « fenêtre de l’âme » et donc le moyen le plus sûr de se faire une idée rapide sur une personne. Au cours du temps, elle s’était aperçue que chaque regard avait une particularité, quelque chose d’unique, mais aussi qu’ils avaient tous des points communs. Tous, sauf celui-là. Tristesse, joie, peur, détermination, vie, mort, tant de sentiments se mêlaient et s’entremêlaient au fond de ces prunelles. Comment pouvait-on avoir vécu tant de choses ? Certes, cette appréciation ne se basait que sur une impression mais Eva était sure d’elle. Pour la première fois depuis longtemps, elle était intriguée par cette jeune fille. D’habitude elle se moquait pas mal de la vie des autres, la sienne lui suffisait. Mais cette Evangeline était différente. Celle-ci regarda autour d’elle, sortit un livre et haussa des épaules en entamant sa lecture.

*Différente, peut-être, mais en tout cas, pas très loquace…*

Eva ne supportait pas l’incertitude, comme le disait si bien son père : « les sous-entendus entraînant les malentendus » et là, la réponse de son interlocutrice était tout sauf claire. La terminale hésitait donc sur la conduite à tenir lorsque son regard tomba sur le titre du roman que lisait sa camarade : « Bonjour tristesse » de Françoise Sagan. Serait-elle tombait sur une véritable mordue de la littérature française ? Cela la changerait des imbéciles qui crient à tue-tête qu’ils adoreraient visiter à Paris et qu’ils seraient même près à supporter tout le trajet en voiture pour y aller. Pi-to-ya-ble... Quoique après tout ce n’était peut-être qu’une lecture pour les cours. De toute manière, peu lui importait. L’adolescente en face d’elle sembla remarquer que la jeune brune n’était toujours pas assise car elle reposa son livre et le posa sur son plateau.

« … Après tout, fais comme tu veux. Tu ne me déranges pas … Vraiment. »

Devait-elle la croire ? Elle lui semblait du genre assez franche et, de toute façon, Eva ne supportait pas les manières détournées. Elle préférait que les choses soient dites, et clairement. Elle les prenait souvent comme telles, quitte à ce que la personne doive reformuler sa pensée. Elle s’installa donc en face d’Evangeline. Mais la façon dont elle avait prononcé ses mots, avec une certaine froideur, déconcerta quelque peu l’orpheline. Etait-elle toujours ainsi ou avait-elle quelque chose à lui reprocher. Ne voyant aucune raison pour laquelle il pourrait il y avoir de l’animosité entre elles, elle préféra la première solution.
La lycéenne entama son repas, profitant du silence de sa table en essayant d’oublier le brouhaha de la cafétéria. Elle eut rapidement fini, et pour cause, une salade et un biscuit, ça se mange vite. Malheureusement, Eva, qui avait un peu forcé sa séance de jogging matinal, se retrouvait avec l’estomac dans les talons. Ce qu’elle avait mangé ne suffisait pas à la rassasier. C’est alors qu’elle se rendit compte que sa voisine de table, elle, n’avait absolument rien touché de son plateau. Certes, elle se demanda pourquoi. Mais ce n’était pas ces affaires et elle n’avait pas à s’en mêler. Par contre, cette particularité pourrait bien l’arranger. Elle n’avait aucune idée de la réaction que pourrait avoir la jeune fille en face d’elle. Mais elle devait quand même tenter le coup.


« Pardon Evangeline, je ne voudrais pas t’embêter mais j’ai remarqué que tu ne mangeais rien et je me demandais si c’était possible que tu me passes les aliments dont tu n’as pas envie. J’ai vraiment très faim. »

Pourquoi avait-elle tenu à se justifier ? Elle ne savait pas trop. C’est vrai que ça paraît logique de demander de la nourriture parce qu’on a faim mais ça lui paraissait déplacé face à quelqu’un qui ne touchait pas à son assiette. Quoiqu’elle n’en avait peut-être rien à faire. Qu’importe, c’était le seul moyen pour Eva de ne pas tomber d’inanition avant la fin de la journée, alors…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://100-pour-100-ados.skyrock.com
Evangeline Mac Dowell
Vampire sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 91
Points : 7410
Date d'inscription : 17/11/2008
Age : 27
Localisation : A l'affut de proies & de sang frais.

MessageSujet: Re: Besoin de calme.   Jeu 11 Déc - 19:19

Des sushis au saumon, une soupe aux châtaignes et une part de gâteau au chocolat. Voilà ce qui se trouvait dans l'assiète de notre charmante blondinette. Regardant tous ces aliments avec un regard inexpressif, Evangeline tourna la tête et fixa du regard deux ou trois élèves dont les arômes étaient un peu plus alléchants que d'autres avant de baisser à nouveau vers son plateau. La jeune fille en face d'elle avait au moins le mérite d'être silencieuse ce qui était très appréciable pour la vampire qui n'avait pas besoin de faire semblant de tenir la conversation - Ce qu'elle n'aurait sans doute pas fait - ou de devoir répondre à des questions inutiles. Prenant sa fourchette entre les mains, la lycéenne fit mine de s'interesser à un des nombreux sushis trainant dans son assiète et finit par le décomposer en petits morceaux comme pour s'occuper. Bien-sûr, elle n'allait pas les manger. La soupe n'avait pas plus de goût pour elle que de l'eau pour un humain. Encore que ... Si la soupe pouvait au moins alléger sa soif, tous les vampires un minimum censés n'arrêteraient pas d'en boire. Donc autant comparer tous les aliments humains à du carton ou à du papier. Aucun goût, rien.

*Uwuh ... Il faudra que je pense moi aussi à manger, après les cours*

A présent, elle n'avait plus aucun mal à se contrôler en sentant le sang des différents humains qui l'entouraient, mais cela ne l'empêchait pas de commencer à ressentir la soif. Une fois la nuit tombée, à moins d'imprévus qu'elle n'aurait pas calculé, elle irait boire le sang de quelques élèves de ce lycée avant de leur faire oublier sur cet événement. Bien sûr, elle devait à chaque fois penser à enlever le venin se propageant dans leurs veines et se limiter en sang, ce qui faisait que sa soif n'était jamais vraiment satisfaite. Mais elle l'était sans doute beaucoup plus que d'autres vampires ne se nourrissant que d'animaux par pitié des humains. Mais est-ce que ce genre de vampires existait vraiment ? Ayant vécu dans un coin isolé pendant autant d'années, la blondinette n'aurait su le dire. A part ce garçon, elle n'avait croisé aucun vampire au cours des dernières décennies.

«Pardon Evangeline, je ne voudrais pas t’embêter mais j’ai remarqué que tu ne mangeais rien et je me demandais si c’était possible que tu me passes les aliments dont tu n’as pas envie. J’ai vraiment très faim. »


Une voix féminine à nouveau. Une voix humaine et peu assurée. Cette même voix qui lui avait adressé la parole quelques minutes plus tôt. La voix de cette jeune lycéenne assise en face d'elle. Comment connaissait-elle son prénom ? La vampire se doutait bien que certains élèves connaitraient son prénom, avant d'arriver ici vu la taille du lycée. Le proviseur lui avait lui même parlé d'accueil chaleureux et amical. Chaleureux ... Ce mot n'avait pas vraiment de signification pour la jolie blonde depuis sa transformation. Si elle devait qualifier son accueil par des mots, elle aurait certainement pas utilisé ce terme, mais aurait préféré le qualifier d'Ennuyeux. Répétitif. Inutile. Superficiel. Long. Bref. Tant de mots dans le même genre pouvaient cet accueil si terne. Se forçant à adopter une conduite humaine, Evangeline s'efforça d'écouter ce que venait de lui dire la jeune fille lui faisant face et poussa simplement son assiette dans la direction sans prendre la peine de lever les yeux. Les politesses étaient beaucoup trop inutiles pour faire un sourire mielleux à cette fille qu'elle voyait ici pour la première fois et lui dire sur un accent tout aussi hypocrite de manger autant qu'elle voudrait. Agir comme une humaine un minimum était suffisamment ennuyeux comme ça, elle n'allait pas en rajouter en se cherchant des excuses pour ne pas manger et sortir une idiotie comme quoi son poisson rouge s'était noyé - Ce qui était évidemment impossible - Ou pire encore, que son petit ami l'avait larguée. D'ailleurs, cette pensée faillit décrocher un grand sourire sarcastique à la blondinette qui se retint malgré elle. Trop pitoyable pour en rire.

« ... Sers toi ... »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pringles-chawn.skyblog.com
Eva Coldera
Humain
avatar

Nombre de messages : 69
Points : 7440
Date d'inscription : 24/11/2008
Age : 26
Localisation : Dans une petite maison à l'écart du centre-ville

MessageSujet: Re: Besoin de calme.   Sam 20 Déc - 0:59

La jeune fille en face d’Eva avait l’air de s’ennuyer. Après avoir jeté un coup d’œil sur des élèves qui passaient, elle s’était mise à fixer son plateau et semblait occuper à réduire ses sushis en miettes. Malgré la question de notre jolie brune, elle ne bougea pas. La terminale se demanda même si elle l’avait entendue. Elle préféra néanmoins attendre pour être sure mais sa voisine de table resta silencieuse. Finalement, celle-ci poussa son assiette dans la direction de l’orpheline. Elle n’accompagna son geste que d’une seule phrase. Courte et simple.

« … Sers-toi… »

Suffisante. Aucune justification superflue. Heureusement, parce qu’Eva n’aurait pas supporté que sa voisine de table commence à lui raconter toute son existence sous prétexte d’expliquer son faible appétit. La vie des autres ne l’intérressait pas. Elle en avait déjà suffisamment de la sienne. Elle n’aimait discuter qu’avec des personnes qu’elle connaissait et en qui elle avait un minimum confiance et ce n’était pas le cas de la jeune fille en face d’elle. Son silence lui convenait donc parfaitement. Néanmoins, l’absence de contact visuel la perturbait. Malgré sa prise de parole et son geste, Evangeline n’avait pas levé les yeux de son plateau. D’un autre côté, peu lui importait : elle avait ce qu’elle voulait.. Elle tendit la main pour ramener l’assiette pleine vers elle. Mais au moment où elle allait saisir le plat, elle se sentit brusquement poussée vers l’avant. Un lycéen avait voulu passer derrière elle mais l’espace était trop étroit et il avait brutalement poussé la chaise d’Eva. Celle-ci, déséquilibrée, tenta de se rattraper sur la table afin de ne pas s’étaler dans son assiette de ketchup. Malheureusement, un verre mal placé coupait la trajectoire de sa main. Dans son geste, elle le renversa violemment et l’eau qu’il contenait gicla en direction d’Evangeline.

« Crétin ! », lança Eva en direction de celui qui l’avait bousculée.

Puis, sans attendre la réponse de celui-ci, elle attrapa sa serviette et se précipita vers Evangeline pour réparer les dégats qu’elle avait, en partie, causés.


« Excuse-moi, je suis vraiment désolée »

Elle posa sa main sur la chaise de la jolie blonde… et la retira aussitôt. Dans son mouvement, ses doigts étaient rentrés en contact avec la peau de sa camarade.
*… Neige…*

C’était la première chose qui lui était venue à l’esprit. Elle avait la même pâleur et la même… température.


« Tu es froide », commenta la terminale à haute voix.

Ce n’était ni agressif, ni alarmé. Pas même intrigué. Non, c’était une simple constatation. Rien de plus. Néanmoins, cette sensation ne lui était pas inconnue et fit remonter des souvenirs à la surface. Les yeux dans le vide, elle ne remarqua donc pas que les habits de sa voisine de table n’étaient pas tachés.


« Will… » murmura-t-elle.

Elle le savait maintenant. C’était à son meilleur ami disparu que l’élève en face d’elle lui faisait penser. Immédiatement, sa méfiance se calma. Certes, elle n’allait pas devenir sa meilleure amie pour autant, mais Eva n’avait plus de raison de mettre une distance de sécurité entre elle et Evangeline. Comme en témoignait sa température corporelle, elle n’était pas un modificateur.
Pour la première fois depuis son arrivée à Forks, l’orpheline se détendit légèrement en présence d’une étrangère. Celle-ci avait la tête tournée vers elle mais la lycéenne ne chercha pas à savoir ce qu’exprimait son regard. L’esprit ailleurs, elle redressa le verre qui avait fini de déversé son contenu sur la table, épongea un peu avec sa serviette qu’elle tenait encore à la main et se rassit à sa place. Posant sa tête sur mains, elle ferma les yeux. Un léger sourire naquit sur ses lèvres alors que les images des moments passés avec son confident défilait sous ses paupières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://100-pour-100-ados.skyrock.com
Evangeline Mac Dowell
Vampire sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 91
Points : 7410
Date d'inscription : 17/11/2008
Age : 27
Localisation : A l'affut de proies & de sang frais.

MessageSujet: Re: Besoin de calme.   Sam 28 Fév - 22:37

Sans se soucier de la lycéenne qui lui faisait face, la jolie blonde n'avait qu'une envie : Celle de se lever de table et de prendre le sang d'un élève qui passait par là comme repas. Mais elle n'en fit rien. Elle savait qu'il fallait contrôler sa soif si elle voulait garder son identité secrète et continuer de vivre dans cet endroit en toute discrétion. Après tout, ce n'était pas si dur si elle faisait une chasse de temps à autre dans la forêt de Forks ou dans ces gigantesques montagnes qui n'étaient pas situées dans la ville elle-même mais où on pouvait aller d'un coup de taxi en moins d'une heure. De plus, Evangeline avait eu sa dose en vivant cachée pendant plus d'un siècle. Cette ville était l'occasion rêvée par sa situation et son climat de vivre au milieu des humains normaux sans se faire repérer. Bien entendu, elle pouvait se servir se son don pour tout faire oublier aux êtres apprenant sa véritable nature, mais le bouche à oreille va vite. Surtout dans des villes aussi petites que celle de Forks.

Laissant ses yeux fixer le milieu de son plateau à présent vide et sur lequel on pouvait voir le logo du lycée de Forks imprimé en lettres orangées sur un fond jaune, la vampire ne leva les yeux de son plateau que quand la jeune fille qui lui faisait face se fit renverser par un lycéen habillé avec le maillot du club de football du lycée et bien trop occupé à frimer devant ses amis pour regarder ou il marchait. La brunette essaya tant bien que mal de se rattraper, afin de ne pas atterrir dans son assiette mais sa main renversa un verre en se décalant précipitamment. Comme si cela ne suffisait pas, le contenu du gobelet en plastique se renversa entièrement sur la table et alla à vive allure couler directement sur les genoux de la blondinette. Indignée, celle-ci se leva d'un coup sec et s'apprêtait à partir, mais l'autre lycéenne fit quelque chose d'assez inattendu. Au lieu de se mettre à rire, fière d'avoir pu faire rire un des garçons qui faisait certainement partie des plus populaires du lycée en ridiculisant une nouvelle élève, celle-ci se précipita sur la jolie blonde avec sa serviette de table pour réparer les dégats causés et l'aider à se sêcher tout en s'excusant de manière assez sincère et en traitant le footballeur de crétin, qui en passant regardait la scène bouche bée sans réagir. Quel empoté il faisait. Tentant de rattraper son erreur en tendant la serviette à Evangeline, l'autre lycéenne eut un rapide contact avec la peau lisse et gelée dans un mouvement trop rapide de la main. Décidément, quelle maladresse. Malheureusement pour notre suceuse de sang, l'humaine semblait avoir remarqué cette température, car elle retira aussitôt sa main en annonçant d'un ton calme de simple constatation qu'elle était glaciale.

« Will… »

Will ? C'est tout ce que cette jeune fille trouvait à dire ? Ce simple nom qui pouvait aussi bien être un diminutif de William qu'un nom à part entière. Se souvenait-elle d'un certain Will dont la peau était aussi froide que la sienne ? Cette fille avait-elle connu un vampire ou bien était-ce un simple hasard ? Dans tous les cas, cette fille n'avait pas vraiment l'air de se douter de la nature de sa voisine de table. Mais pour quelles autres raisons aurait-elle prononcé ce prénom étrange ? Une humaine normale aurait sans aucun doute retiré sa main d'un coup en hurlant à qui voulait l'entendre que sa nouvelle camarade était gelée. Ou alors, elle se serait mise à paniquer et à la trainer de force à l'infirmerie. Bref. Une autre personne n'aurait jamais eu une réaction aussi calme que cette fille aux longs cheveux bruns. D'ailleurs, quelque chose d'encore plus étrange se produisit. Au lieu de se mettre à se crisper à l'idée que sa camarade était plus froide que si elle venait de sortir d'un congélateur, la brunette retourna à sa place et s'assit tranquillement avec un air bien plus détendu et serein qu'au début. A tel point qu'elle se mit à fermer les yeux et à sourire, comme si elle se rappelait de choses heureuses qui lui étaient arrivées par le passé. Sentant une présence derrière elle, la vampire tourna la tête et se retrouva face à face au footballeur. Lui souriant d'un air affreusement niais, ce dernier s'excusa avant de proposer à Evangeline de venir au Bowling avec lui et sa bande d'amis pour se faire pardonner et pour honorer sa beauté. Bien entendu, comme tout crâneur qui se respecte, celui-ci lançait des gros clins d'œil à tous ses amis situés à peine deux tables plus loin. Se pensait-il courageux sous le seul prétexte qu'il draguait une inconnue sous les yeux ébahis de ce qu'il considérait comme ses copains ?

« ... Je suis de l'avis de ma voisine de table. Tu n'es qu'un crétin irrécupérable. Non seulement tu aurais du t'excuser aussi auprès d'elle pour l'avoir bousculée, mais il est hors de question que je vienne au bowling avec une bande aussi pitoyable que la votre. De toute façon, j'ai déjà quelque chose de prévu ce soir là. »


Quelque chose de prévu ? Oui, c'était la pure vérité. Cette première journée parmi les humains avait été épuisante et allait sans doute lui réserver d'autres surprises. C'est pour cela qu'elle avait prévu de chasser dans les environs pendant la nuit. Mais si ce jeune homme y tenait tant, il pouvait venir avec elle. Ça lui éviterait de tuer inutilement des animaux, et elle aurait le droit à du sang enfin désaltérant. Un léger sourire sadique s'élargit sur ses lèvres à cette idée tandis qu'elle lançait un regard noir au lycéen qui se mit à reculer à tel point qu'il trébucha au sol juste devant la table de ses amis qui éclatèrent de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pringles-chawn.skyblog.com
Eva Coldera
Humain
avatar

Nombre de messages : 69
Points : 7440
Date d'inscription : 24/11/2008
Age : 26
Localisation : Dans une petite maison à l'écart du centre-ville

MessageSujet: Re: Besoin de calme.   Sam 14 Mar - 18:17

Les deux hommes qui s'avançaient vers elle étaient beaux mais étrangement effrayants. D'un pas rapide, ils se placèrent de part et d'autre de la jeune fille, avec l'air calme des personnes sures d'elles, un sourire inquiétant accroché aux lèvres. Ils en avaient après elle. Ça, elle en était sure. Pourquoi, ça elle l'ignorait. Mais peu importait la raison de leur intérêt pour elle. Elle ne se laisserait pas faire sans réagir. Sans qu'elle y réfléchisse vraiment, les différentes techniques d'attaque et de défense que lui avait apprises son père défilèrent dans sa tête et dans un mouvement presque inconscient, son corps se plaça de façon à pouvoir réagir rapidement. Les deux inconnus avaient-ils perçu son changement de position ? Impossible à dire. Toujours est-il que le plus proche se mit à sourire de plus belle.

- Bonjour ma jolie.

Sadique. Voilà l'adjectif qui conviendrait le mieux. Un frisson de peur parcoura son dos mais lui ôta tout doute quant à sa réaction s'ils agissaient : elle se défendrait, coûte que coûte. La voix, plus grave, du deuxième individu, s'éleva derrière elle.

- Arrête Wilfred, tu sais bien que plus ils sont stressés, moins c'est bon.

* Bon ? *

Qu'avaient-ils prévu de lui faire ? Elle tâcha de reprendre le contrôle de ses mains qui commençaient à trembler.
Le dénommé Wilfred fit une petite moue de dépit.


- Laurent, tu m'enlèves tout mon plaisir. Regarde-la... J'adore les voir comme ça.

Il regardait derrière elle tout en parlant mais elle n'osa pas se retourner pour voir la réponse silencieuse de son interlocuteur. Celle-ci parut lui plaire car il se tourna vers la jeune fille. Toujours le sourire aux lèvres et le regard fou, il s'avança dans sa direction. Il commençait à entrouvrir la bouche comme pour rire lorsque...

- Ça suffit !

Une voix, différente de celles des deux hommes. Plus jeune peut-être...
D'un même mouvement, ces derniers se retournèrent pour faire face au nouveau venu qui repris la parole.


- Laissez-la !

Enfin, elle osa tourner ma tête vers le jeune homme qui tentait d'intervenir en sa faveur (du moins, elle l'espérait). Plutôt grand, il semblait pâle sous la lumière des lampadaires mais la pénombre ne cachait pas sa beauté. Ses cheveux, sans doute blond, rendus foncés par l'obscurité ambiante, étaient savamment coiffés en bataille. A son arrivée, les agresseurs de la jeune fille avaient perdu leur air sûr d'eux mais leur agressivité semblait avoir encore grandi.

- Qui es-tu pour te mêler de nos affaires ?

Le jeune homme s'était arrêté à quelques mètres d'eux. Seul le froncement de ses sourcils trahissait ce que la jeune fille prit pour de la colère.

- J'habite ici.

Elle ne compris pas bien le rapport entre la question et la réponse mais celle-ci eut un effet immédiat sur ces agresseurs. Ils perdirent leur attitude belliqueuse quoique toujours méfiante.

- Nous ignorions que la place était déjà prise.

C'était le dénommé Laurent qui le premier avait présenté ce qui semblait être des excuses.

- Elle l'est, et vous feriez mieux d'aller voir ailleurs... plus vite que ça.

L'individu à la voix grave fit un discret signe de la main pour lui demander de se calmer puis, attrapant son comparse de l'autre, il disparut au coin de la rue.
Ce fut la douleur dans ses mains qui fit prendre conscience à la jeune fille de son immobilité. Tétanisée par la peur, elle n'avait pas bougé durant tout l'échange de paroles, et son seul geste avait été de se planter les ongles dans ses paumes de mains. Reprenant ses esprits, elle vit son sauveur s'éloigner d'un pas rapide. Elle se mit à courir pour le rattraper : il fallait qu'elle le remercie.


- Attends !

Le jeune homme s'immobilisa et pivota légèrement dans sa direction. La jeune fille s'arrêta à quelques pas de lui. Le voir de plus près confirma ses soupçons : il était aussi jeune qu'elle. De 2 ans son aîné tout au plus.

- Je voulais te...

Mais il ne lui laissa pas le temps de terminer sa phrase.

- Tu n'as pas à me remercier.
- Bien sûr que si ! Tu m'as sauvé la vie !
- Sauver la vie ? C'est un bien grand mot... Et puis, dis-toi que je suis juste apparu dans ta vie au bon moment et que maintenant je vais m'en effacer comme si rien ne s'était passé.

Avec ses esprits, elle avait aussi retrouvé son caractère habituel et c'est avec un air moqueur qu'elle repris la parole.

- Tu as sans doute raison... Mais c'est tellement banal ce que tu as fait pour moi que je ne suis pas sure de réussir à l'oublier.

Une expression amusée apparue sur le visage du jeune homme avant de disparaître à nouveau.

- Écoute, sérieusement, je n'ai pas fait grand-chose. Ces gars-là, ce sont des sortes de "caïds" : ils fonctionnent par territoire...
- Et tu te considères comme le "caïd" du quartier ?

Un léger sourire étira les lèvres de son interlocuteur.

- Je me demandais si tu allais faire le lien avec ce que je leur ai dit... Pour répondre à ta question, moi non, mais eux oui, et c'est ça le plus important.

Elle ne pouvait pas prétendre le contraire...
Elle aurait pu simplement le remercier à nouveau et s'en aller mais il l'intriguait. Elle décida de continuer son manège.


- Tu sais quoi ? Tu aurais juste accepter mes remerciements, on ne se serait sans doute pas recroiser avant longtemps.

Il prit un air soupçonneux.

- Mais ?
- Mais j'ai finalement décidé qu'on allait faire connaissance tous les deux.

Il haussa un sourcil.

- Vraiment ?
- Oui. Et je te jure que tu n'arrivera pas à te débarrasser de moi facilement...
- Tu vas vite être déçue : je ne suis absolument pas intéressant.
- Ça, c'est à moi de décider. Au fait, c'est quoi ton nom ?

Il sembla renoncer à la convaincre.

- Will.
- Eh bien Will, moi, je m'appelle Eva.

Elle avait tenu sa promesse et ne l'avait pas lâcher d'une semelle. Au début distant, il avait fini par accepter la présence à ses côtés de cette jeune fille exubérante et ils étaient rapidement devenus des amis très proches.

_____________


Sa première rencontre avec Will venait de se rappeler à son bon souvenir et son sourire s'élargit un peu plus. mais elle fut tirer de ses pensées par la voix d'un garçon qui, semblait-il, était en train de demander à une fille d'aller au bowling avec elle histoire, citation dans le texte, "d'honorer sa parfaite beauté".

* Technique minable de dragueur minable... *

C'est alors qu'elle se rendit compte que c'était à sa voisine de table que le Don Juan du dimanche s'adressait. Celle-ci avait un air qu'Eva qualifierait sans mal de méprisant sur le visage.

« ... Je suis de l'avis de ma voisine de table. Tu n'es qu'un crétin irrécupérable. Non seulement tu aurais du t'excuser aussi auprès d'elle pour l'avoir bousculée, mais il est hors de question que je vienne au bowling avec une bande aussi pitoyable que la votre. De toute façon, j'ai déjà quelque chose de prévu ce soir là. »

C'était la première fois depuis qu'elle était en sa présence que la jolie blonde alignait autant de phrases à la suite... Ce qui eut le don de surprendre l'orpheline. Mais ses paroles permit à celle-ci de comprendre plusieurs choses.
Premièrement, c'était ce footballeur aux techniques de drague ratées qui l'avait poussée. Bizarrement, elle ne regretté pas de l'avoir traité de crétin...
Deuxièmement, sa camarade avait pris son parti et semblait du même avis qu'elle quant au niveau de la bande de mecs qui lui servait de copains.
Et troisièmement...


* Elle a quelque chose de prévu ce soir ? Quoi ? *

La question lui avait traversée l'esprit mais disparut rapidement. Après tout, ce n'était pas ces affaires. Même si l'asociabilité d'Evangeline pouvait entraîner des questions quant à ses passe-temps, ce n'était pas notre jolie brune qui allait l'embêté avec ça, étant dans la même situation.
C'est alors qu'Eva perçut le regard apeuré du jeune homme. Sa voisine de table lui tournant le dos, elle ne pouvait pas voir l'expression de son visage mais elle devait être assez effrayante à en juger par la réaction du pseudo-tombeur. Il commença à reculer mais dans sa précipitation, il trébucha et s'étala devant ses amis, hilares.


* Vive l'amitié... *

Aucun d'entre eux ne se leva pour l'aider, le laissant parterre. A un époque, l'étudiante se serait dévouer mais ce temps était révolu et c'est après un dernier coup d'oeil méprisant vers le footballeur qu'elle se détourna de lui définitivement.
La blondinette se rassit et l'orpheline devina en partie la raison de la terreur du lycéen : un sourire, qu'elle qualifierait aisément de sadique, étirai légèrement ses lèvres.


* A croire qu'elle allait le manger tout cru * pensa-t-elle, amusée par cette idée, aussi absurde que plaisante...

Même si elle n'éprouvait pas spécialement de plaisir à faire souffrir quelqu'un, elle avait souvent souhaité que les imbéciles de ce genre puissent disparaître, peu importe la manière.

« Merci »

Sa voisine de table haussa un sourcil. Apparemment, elle n'avait compris la raison de ses remerciements.

« Merci d'avoir remis cet idiot à sa place. Je suis pas sure que j'aurais su me retenir. Ça m'aurait, certes, fait plaisir, mais quelque chose me dit qu'il aurait encore eu besoin de son nez après... »

Elle avait prononçait sa dernière phrase avec une ironie non dissimulée, montrant clairement que ça ne lui aurait absolument poser aucun problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://100-pour-100-ados.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Besoin de calme.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Besoin de calme.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coucou, besoin d'aide
» Besoin d'aide sur photoshop Cs3
» J'ai besoin de toi, j'ai besoin de lui
» Besoin d'aide dans mes choix
» [personnalisation] Besoin de vous pour finaliser !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the end & New Beginning. :: Lycée de Forks. :: INTÉRIEUR DU LYCEE :: Cafétéria-
Sauter vers: