AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'heure de la rosée {PV Kathy et Emmett}

Aller en bas 
AuteurMessage
Eva Coldera
Humain
avatar

Nombre de messages : 69
Points : 7190
Date d'inscription : 24/11/2008
Age : 25
Localisation : Dans une petite maison à l'écart du centre-ville

MessageSujet: L'heure de la rosée {PV Kathy et Emmett}   Sam 23 Mai - 22:02

Un raie de lumière vint caresser la joue de la jeune fille. Dehors, le ciel commençait à se lever, dardant de ses premiers rayons la petite bourgade de Forks. Debout depuis déjà une heure, Eva n’attendait que ce moment pour partir. Elle se leva et, avec des gestes précis dus à l’habitude, elle s’attacha les cheveux en une queue de cheval, et accrocha à sa ceinture, à sa droite, une petite bouteille d’eau ; à sa gauche, au niveau de sa cuisse, un long boîtier noire. Celui-ci contenait le seul objet dont elle ne se séparerait pour rien au monde : son poignard. Sans lui, elle se sentait fragile, vulnérable. Il était pas rare qu’elle le place ainsi sur sa jambe mais c’était toujours pendant une durée très précise : son jogging matinal. Jamais en dehors. Une heure ou deux pendant lesquelles elle quittait ses éternelles bottes pour chausser des tennis ce qui ne lui permettait pas d’y mettre son arme. Considérant que peu de gens étaient aussi matinaux qu’elle, elle s’autorisait à le rendre plus visible quoique toujours camouflé.
Elle passa le pas de sa porte qu’elle referma derrière elle. Il ne faisait pas froid mais la fraîcheur du matin aurait convaincu un certain nombre de personnes à prendre un petit pull ou une veste. Mais la lycéenne savait qu’au bout de plusieurs mètres de course, la sensation de froid l’aurait quittée. Elle conserva donc juste son débardeur, de la même couleur que ses yeux, créant ainsi, avec son pantalon, le même contraste qu’entre ses iris et sa chevelure de jais. Elle profita une dernière fois de l’astre naissant car d’ici quelques minutes, il allait, comme chaque matin, laisser la place à l’habituelle voûte de nuages. Puis elle démarra. Elle adorait commencer sa journée de cette manière. Dans la calme apparent de la nature qui s’éveille. Au milieu des gazouillis d’oisillons se rendant compte qu’ils n’avaient pas mangé depuis la veille au soir, des fleurs ouvrant délicatement leurs pétales couvertes de rosée, du bruissement des feuilles de quelques buissons desquels s’échappaient des chats aux yeux brillants.

Comme elle s’y attendait, les rues étaient vides. D’humains du moins… Tant mieux, ainsi, elle n’aurait pas besoin de faire semblant de sourire en disant bonjour. Faire semblant d’être heureuse de rencontrer une connaissance, faire semblant d’être désolée de ne pas pouvoir rester plus longtemps. Eva détestait ça, mais c’était ce que l’on appelait les règles de la vie en société et sa méfiance ne l’empêchait pas de rester tout de même respectueuse et polie. Un instant seulement, elle aperçut de l’autre côté de la rue, la silhouette d’un garçon qui lui rappelait quelqu’un. En cherchant dans sa mémoire, elle parvint à mettre rapidement un nom sur son visage : Emmett Cullen. Elle qui avait peur de devoir communiquer, le risque était plutôt faible car, même si apparemment, lui et sa famille s’était un peu plus sociabilisée ces derniers temps, elle qui venait juste d’arriver ne les qualifierait sûrement pas de franchement ouverts… Mais ce n’était pas elle qui pourrait le leur reprocher. Elle continua donc son parcours matinal qui la conduisit dans la forêt. Une fois la lisière franchie, notre sportive respira plus profondément. Ici, elle se sentait mieux. Elle se sentait même bien en fait, ce qui était rare. Entre ces arbres centenaires et ses fougères éphémères, la vie lui semblait… normale, elle se suffisait à elle-même. Plus besoin de se demander pourquoi et comment devait-on vivre. On vivait, tout simplement. Plus de réflexions ou de pensées noires. Eva s’arrêta, s’adossa contre un arbre et étancha sa soif. Après s’être plongée quelques secondes dans la contemplation de la voûte arborescente au-dessus d’elle, elle repartit dans une foulée plus calme et déliée.

*
* *
* * *


Cela faisait maintenant une heure que la jeune fille parcourait les sentiers bordés de sapins et elle s’approchait de sa partie préférée des bois : la lac. Quoique plus agréable les jours de beaux temps, il n’en restait pas moins un lieu de parfaite quiétude. Enfin, la lumière s’accrut et brutalement, le paysage se dégagea devant elle. Le son du léger clapotis de l’eau lui fit immédiatement ralentir l’allure sans qu’elle ne l’aperçoive encore. Fermant les yeux, elle s’avança à pas lents vers le bord de la tranquille étendue liquide. Elle se laissa envahir par les odeurs, les sensations, les murmures de la nature… Soudain, un mouvement derrière elle la fit se retourner. Ce n’était pas un oiseau prenant son envol, ni même une biche effarouchée qui avait ainsi troublé le silence du lieu, c’était une jeune fille. Une jeune fille qui lui disait vaguement quelque chose…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://100-pour-100-ados.skyrock.com
Kathy Ronwel
Humain
avatar

Nombre de messages : 16
Points : 7148
Date d'inscription : 01/12/2008
Age : 27
Localisation : Forks

MessageSujet: Re: L'heure de la rosée {PV Kathy et Emmett}   Jeu 30 Juil - 11:55

J’étais d’une humeur massacrante. Ces mauvaises humeurs qui montent petit à petit, et ou il suffit un mot de trop pour que tout explose. Mais j’avais mes raisons, et des bonnes en plus. Ce matin, ou plutôt en plein nuit pour moi, j’avais été réveillé à 5h00 car ma mère et son petit ami devait prendre un avion pour 7h00 et ils n’étaient pas capable de faire moins de bruit qu’une horde d’hippopotames enragée, être aussi bruyant en week-end en plus, était tout bonnement scandaleux.
Plus ronchonne qu’à l’accoutumée je les regardais s’activer d’un œil noir en prenant mon petit déjeuner. Ma mère était absolument ravie de me voir levé aussi tôt.
-C’est gentil ma chérie que tu te sois levé si tôt pour nous dire au revoir.
J’avalais ma brioche de travers.

-Je crois que tu as mal compris mes intentions, maman. Je ne me suis pas levée pour vous, mais à cause de vous. Je n’ai pas vraiment eu le choix, vu le bruit que vous faîtes depuis une demi-heure.

Ma mère me fit un tendre sourire comme si elle n’en croyait pas un mot et passa dans la pièce d’à côté pour vérifier qu’elle n’avait rien oublié de mettre dans sa valise. A peine fut-elle sortie que le copain de ma mère entra dans la pièce.

*Attention voici l’idiot en puissance, j’ai nommé... Alex ! Il est vraiment grave ce type, je ne sais pas ce qu’elle peut lui trouver.*

Il portait deux lourdes valises sous ses bras et les posa dans l’entrée avant de se tourner vers moi la mine réjouie.
-Alors déjà debout ?
Mais qu’est ce qu’il pouvait être bête ! S’en était vraiment affligeant.

-Je ne suis debout que par ta faute, tu aurais pu faire moins de bruit.

Son sourire d’abruti retomba, j’en étais totalement ravie.
-Je suis vraiment désolé Kathy, je sais que tu aurais voulu venir avec nous, mais... J’ai été obligé de choisir cette semaine, et comme tu n’as pas fini t’es cours... Tu sais je suis sûr que tu auras d’autres occasions d’aller à l’île Maurice...
Je venais de finir ma tartine de brioche et je lui coupais la parole.

-C’est bon te fatigue pas d’accord ? Je sais très bien que tu t’es arrangé pour que je ne puisse pas venir avec vous alors laisse tomber.

Là je venais de dire un énorme mensonge. Je savais que ça faisait dès jour qu’Alex s’en voulait de ne pas avoir trouvé une semaine où j’aurais pu venir et qu’il avait même parlé d’annuler le voyage. Mais j’avais été tellement vexé de ne pas pouvoir venir avec eux que j’avais décidé de ne pas l’épargner. Je rangeais mas affaires et ma mère repassa dans la cuisine avec sa valise.
-Bon je crois que l’on va y aller. Soit bien sage ma chérie.
Elle m’embrassa sur le front.

-Je vais essayer maman, mais la pauvre âme que je suis, risque de ne pas s’en remettre de rester une semaine ici toute seule. Tu m’appelles quand tu arrives, d’accord ?

-Oui bien sûr c’est évident. Que vas-tu faire ce matin ?

-Oh euh je ne sais pas encore, peut être me recoucher.

L’autre idiot eu la merveilleuse idée d’intervenir à ce moment là.
-Tu n’as pas un herbier à rendre pour la fin de la semaine ? Tu devrais en profiter pour commencer.
Je me retenais pour ne pas l’envoyer bouler devant ma mère.
-Oh oui ma chérie, personne ne te dérangeras tout le monde est encore au lit à cette heure-ci. Et puis c’est le matin, quand la rosé est encore présente que les plantes sont les plus belles.
J’acquiesçais de mauvaise grâce.

-je vais faire ça, c’est une bonne idée. Au revoir Maman.

-Au revoir ma fille chérie.
Elle me serra bien fort dans ses bras, puis quand elle me relâcha attrapa une valise et sortit dehors suivie pas Alex qui portait le reste.
-Bon alors, au revoir Kathy.
Je ne pris pas la peine de lui répondre et je refermais la porte derrière eux. J’étais seule.
Je me dépêchais de prendre une douche et de m’habiller, une fois prête, je pris une chemise cartonnée et je sortais dehors à mon tout après avoir verrouillé la porte. Les rues étaient désertes, le soleil s’était levé depuis seulement quelques minutes.

*Quel est l’endroit où je pourrais trouver assez de plante pour mon herbier ?*

Je réfléchis quelques secondes, puis j’optais pour le lac qui se trouvait non loin de chez moi. Au bout d’une demi-heure de marche, j’arrivais dans un sous bois. Je prie un raccourci et dix minutes plus tard j’apercevais le lac. Sur le chemin j’avais déjà amassé une dizaine de plantes différentes que j’avais mise avec précaution dans ma chemise. Je regardais autour de moi cherchant des arbustes que je n’avais pas encore vu. Mon regard s’arrêta alors prêt de lac. Là se tenait une jeune fille qui semblait observer l’horizon. Voulant absolument savoir qui s’était, je m’approchais d’elle. Quand je fus à environ trois mètres de ma cible, elle se retourna brusquement, et je la reconnue aussitôt. J’affichais un sourire sympathique sur mon visage et réduisais la distance qu’il y avait entre elle est moi.

-Bonjour je m’appelle Kathy Ronwel, tu es Eva Coldera, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eva Coldera
Humain
avatar

Nombre de messages : 69
Points : 7190
Date d'inscription : 24/11/2008
Age : 25
Localisation : Dans une petite maison à l'écart du centre-ville

MessageSujet: Re: L'heure de la rosée {PV Kathy et Emmett}   Mar 10 Nov - 0:19

La rage commençait à lentement remplacer la sérénité qui s’était installée en elle durant sa course. Elle ne supportait pas d’être dérangée et en plus elle était en colère contre elle-même de ne pas s’être rendue compte plus tôt de la présence de cette importune. Si ça avait été un modificateur, elle aurait été totalement vulnérable. En effet, une fois à terre, son poignard ne lui aurait sans doute pas été d’une grande utilité. Sa force physique, quoique que supérieure à la moyenne des filles de son âge, ne suffirait pas : elle en était parfaitement consciente.
Mais dans cette situation, s’énerver n’aurait servi à rien. La jolie brune décida donc de prendre sur elle et de prendre une attitude, a défaut d’amicale, non agressive et se tourna définitivement vers la nouvelle venue.

Cette fille… A peu près de sa taille, blonde aux yeux bleus… Eva l’avait déjà croisée au lycée, elle en était sure. Mais de là à se rappeler son prénom. Quoiqu’en réalité, il n’y avait aucune chance qu’elle s’en souvienne puisque elle ne le connaissait pas. Peu de volonté de rencontre égale peu de connaissances… De là, la jeune fille qui s’avançait vers elle ne pouvait que lui être inconnue. C’est avec un grand sourire au lèvres que celle-ci répondit à l’interrogation muette de l’orpheline :


- Bonjour je m’appelle Kathy Ronwel, tu es Eva Coldera, non ?

*Eh bien, si moi je ne la connais pas, il semblerait que la réciproque ne soit pas vraie*

Par un réflexe acquis depuis les différents meurtres commis autour d’elle, notre brunette se mit à la détailler de ses yeux bleu glacé. Une simple chemise cartonnée sous le bras, la lycéenne en face d’elle ne lui semblait pas menaçante. Eva se permit donc de répondre à sa tentative d’approche.

- En effet.

Oui, une « réponse » chez Eva, rappelons le, n’équivaut jamais à un grand discours, il suffit de s’y habituer… Or son interlocutrice, elle, n’était pas commune aux habitudes de communication de la jeune Coldera, et la seule confirmation d’identité sembla la laisser quelque peu sur sa faim. Elle se serait sans aucun doute attendue à un complément de réponse, une question en retour, ou peut-être même qu’un simple « Enchantée de faire ta connaissance » lui aurait suffit… Mais non, ce n’était pas sa manière de procéder et elle ne risquait pas d’en changeait pour cette Kathy.

Si le léger blanc qui commençait à s’installer eu l’air de désarçonner la blondinette, celle-ci réussit à ne pas se départir de son sourire.

*Impressionnante de self-contrôle, il faut bien le lui reconnaître*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://100-pour-100-ados.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'heure de la rosée {PV Kathy et Emmett}   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'heure de la rosée {PV Kathy et Emmett}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the end & New Beginning. :: Forks et ses Alentours. :: AUTOUR DE LA VILLE. :: Lac du lagon.-
Sauter vers: